• SHERLOCK, ST LOUIS ET CIE

Ecrire des souvenirs traumatisants sans lecteurs accablants par Lisa Hall-Wilson - Canada



https://lisahallwilson.com


Le SSPT et le traumatisme (à la fois le grand «T» et le petit «t» traumatisme) affectent notre mémoire de différentes manières, et lorsqu'on écrit avec un point de vue profond, il devient révélateur d'étiqueter une émotion pour les lecteurs. Alors, comment écrire de manière réaliste des souvenirs de traumatismes sans submerger les lecteurs de détails gratuits et de mélodrame?


Le SSPT (trouble de stress post-traumatique) et les traumatismes, qu'ils soient actuels ou historiques, sont des éléments incontournables de la fiction. Un outil essentiel devient alors une trame de fond, des souvenirs et des flashbacks pour montrer l'arc de caractère et les conflits internes (et externes).


Traumatisme B ig «T» vs petit traumatisme «t»


Le traumatisme est une réponse à tout événement qui accable notre capacité à faire face, provoque des sentiments d'impuissance et diminue notre capacité à ressentir une gamme complète d'émotions. Gardez cela à l'esprit, car tout peut être traumatisant selon l'individu et ce à quoi il peut faire face.


Les grands événements de traumatisme en «T» amènent une personne à se sentir en danger de mort. Les petits événements traumatisants en «t» (un divorce par exemple) sont accablants pendant une courte période. Lorsque vous créez des personnages, ne considérez pas les traumatismes uniquement comme de grands événements traumatisants en «T» comme les catastrophes naturelles, la prise d'otages, les enlèvements, les meurtres, les viols, la guerre, etc. Un petit traumatisme en «t» peut être tout aussi dévastateur, et plus encore pour les individus qui subissent de petits traumatismes répétés. Une série d'événements «t» qui s'accumulent (comme être victime d'intimidation) peut être un traumatisme par mille coupures.



L'importance du traumatisme en «T» affecte le cerveau


Le petit traumatisme «t», parce qu'il n'a pas la composante potentiellement mortelle, peut être capturé différemment dans la mémoire. Le personnage pourrait se souvenir de ce à quoi il pensait, par exemple, où il était, ce qu'il faisait d'autre ce jour-là. Lorsqu'on leur demande de se souvenir d'un événement traumatique, les scans d'imagerie cérébrale montrent que certaines parties du cerveau s'allument et d'autres se taisent. Pour simplifier à l'extrême les choses, la partie du cerveau focalisée sur la survie est priorisée et les parties du cerveau focalisées sur la communication, la pensée analytique, etc. sont ralenties ou du moins non hiérarchisées.


Les gens peuvent réagir en premier sans vraiment penser à leurs actions lorsque le combat, la fuite ou le gel se déclenchent. J'ai marché huit kilomètres pour obtenir de l'aide, mais je ne me souviens pas avoir marché. Le sol craquait quand je marchais, à chaque pas sur du verre brisé, mais je ne pouvais pas me demander pourquoi le sol ressemblait à ça (voir le compte ci-dessous). La partie du cerveau qui étiquette les choses, qui rationalise ou comprend le POURQUOI derrière les choses que nous faisons, s'arrête. Bien sûr, il y a des récits où certains ont pu maintenir une présence d'esprit et réfléchir à la manière de se sortir d'un problème, mais leur capacité à le faire dans des circonstances mettant leur vie en danger est remarquable.


...


Pour continuer la lecture, visitez : https://lisahallwilson.com


Si vous avez aimé l'article, merci pour le partage.



  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon

Tous droits réservés.    Sources photographiques : Pixabay

CLUB SHERLOCK, ST LOUIS ET CIE    - 

sites spotted for you anglophone side - 

sites repérés pour vous côté anglophone

 

 

Home

Police officer

Middle Age

Tips for writers                        

Events

International fairs books 

Professional directory

Blog 

Contact us

 

NAVIGATION       

 

Accueil                                       

A propos

Conditions générales d'utilisation